La France comme si… – Ou l’improbable réforme du système jacobin

la france comme si - couv web

Textes : Yvon Ollivier
Date de parution : Février 2015
Diffusion et distribution : Cap Diffusion
Format : 14.5×22.5 cm Broché
ISBN : 978-2-36312-019-9
Prix public : 15 €
Nombre de pages : 276
Voir l’ebook (7,49 €)
Lire un extrait

 

L’auteur

Yvon Ollivier est issu d’une famille de paysans du Léon. Magistrat. Il est membre de l’Institut culturel de Bretagne. En poste à St Nazaire puis à Nantes depuis 2006, il initie en 2007, un mouvement de protestation contre la réforme de la Justice de Rachida Dati qui visait casser l’unité judicaire de la Bretagne historique. Il est l’auteur en 2012 d’un essai remarqué par la critique intitulé la désunion française (éditions l’Harmattan) où il explique sa vision de la République jacobine qui nie le droit à l’altérité, à la différence. En 2014, il sort un nouvel ouvrage, Gueule cassée, Lom ar geol (ed. Yoran Embanner) qui explore les diverses fractures engendrées par la « grande guerre ».

Président du Festival du Livre en Bretagne de Carhaix en octobre de la même année, il est devenu aujourd’hui l’un des symboles de ceux qui luttent contre le projet de disparition de la Bretagne, diluée dans un Grand Ouest sans visage, qui nierait les identités et les cultures.

Présentation 

La France est un vieux mythomane qui ne craint rien tant que le réel. La réforme n’est pas simple pour la nation qui porte en ses fondations la négation de peuples et la ruine d’une diversité parmi les plus foisonnantes en Europe. Et si l’incapacité de la France à s’adapter à la mondialisation résultait de la crainte viscérale de se défaire ? Pour cette raison, elle persiste à trouver le salut dans l’Etat-nation souverain, fort, centralisateur et protecteur. Qu’on le veuille ou non, ce modèle jacobin n’est plus conciliable avec la mondialisation, qui avantage les nations en paix avec elles-mêmes, confiante en leur propre diversité et dans la capacité des hommes à animer leur territoire. Cette mondialisation sonne le glas du modèle juridico-politique français tourné contre l’homme et qui ne vit plus qu’au crédit d’autrui. Et lorsque le Pouvoir cherche à convaincre l’Union européenne de sa capacité à réformer, ce n’est pas l’Etat hypertrophié qui trinque, mais les régions qui attendent les compétences qui leur font tant défaut.

 


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s